Réunion AMORCE : Quelle feuille de route pour les REP ?

Le 16/01/2019
Réunion AMORCE : Quelle feuille de route pour les REP ?

 

Mercredi dernier, 16 janvier, l’équipe technique de Kerval Centre Armor s’est déplacée à Paris pour participer à une journée d’information proposée par AMORCE, une association qui regroupe les collectivités locales en charge des déchets. Le thème abordé : « Dans les prochaines années, quelle feuille de route pour les REP ? »

 

 

Kesako ? : REP signifie Responsabilité Elargie du Producteur. Concrètement, aujourd’hui en France, sur l’ensemble des produits mis sur le marché à destination du consommateur/ou de professionnels, seuls quelques secteurs d’activité sont assujettis à une REP. C’est-à-dire que les producteurs/ou distributeurs deviennent réglementairement responsables de la fin de vie du produit en aidant financièrement la prise en charge du déchet par le service public de collecte ou en structurant eux-mêmes leur propre filière de collecte et de valorisation du produit. On pense ici notamment aux filières emballages, papier, déchets d’équipements électriques et électroniques, aux meubles ou encore aux lampes, piles ou déchets dangereux, etc…

En 2018, pas moins de 20 secteurs étaient assujettis à une REP.

Bien que vertueux, ces dispositifs nécessitent un contrôle de l’Etat efficient afin de vérifier que les producteurs/metteurs sur le marché respectent les engagements réglementaires qui sont les leurs en matière de taux collecte et de niveau de valorisation (dont recyclage) des flux de déchets pris en charge. Mission très loin d’être facile pour les pouvoirs publics, la journée d’information AMORCE avait vocation à débattre de ce dossier complexe.

Autre sujet à l’ordre du jour : la décision du gouvernement de créer 3 nouvelles REP dans les prochains mois :

  • Les équipements de loisirs et de sport,
  • Les équipements de bricolage et de jardinage,
  • Les jouets.

L’occasion pour les techniciens de Kerval d’en apprendre plus sur les conditions de déploiement de ces dispositifs dans les années à venir et l’impact que cela générera au niveau du réseau de déchèterie et/ou de nos centres de tri.

Retour aux actualités