Bilan du colloque transition énergétique et résilience des territoires. Planifier, coopérer, expérimenter

Le 12/12/2017
Bilan du colloque transition énergétique et résilience des territoires. Planifier, coopérer, expérimenter

Le 24 novembre dernier s’est tenu sur le campus Mazier de l’université Rennes 2 (Saint-Brieuc) le colloque « transition énergétique et résilience des territoires. Planifier, coopérer, expérimenter », coorganisé par le syndicat mixte Kerval Centre Armor, et les laboratoires ESO (Espaces et Sociétés) Rennes et TVES (territoires, villes, environnement, et société) Lille, en partenariat avec Saint-Brieuc Armor Agglomération, l’Ademe et l’Ecole Nationale Supérieurs d’architecture de rennes. 

Le niveau de ce colloque fût, de l’appréciation de tous les participants, élevé, compte tenu de la qualité des communications effectuées par les 24 intervenants et spécialistes de la thématique, dans un contexte croisant les univers de l’université et de la pratique. Une soixantaine de personnes de différents horizons (entrepreneurs, représentants d’entreprises nationales de production et de distribution de l’énergie, chercheurs spécialisés dans ces thématiques, élus, techniciens de collectivités, étudiants ou encore des représentants d’associations) y ont assistés et ont ainsi pu se côtoyer et se confronter le temps d’une journée autour de la thématique centrale ; la place des déchets et de énergie dans l’aménagement du territoire.

Les différentes interventions ont permis d’approfondir les deux grandes problématiques de notre réflexion, qui sont la planification énergétique et ses formes de gouvernances – avec l’arrivée de l’énergie dans les projets d’aménagement urbains -, et la résilience des territoires qui apparait comme un champ de réflexion éclairant. Cette journée a permis de valider le constat que la question énergétique introduit une nouvelle relation entre la campagne et l’espace urbain, notamment à travers les nouveaux contrats de réciprocité mis en place par le gouvernement depuis 2015. Aussi, les thématiques de décentralisation, de politiques nationales et européennes, l’émergence de nouveaux opérateurs de l’énergie, l’apparition de nouveaux échanges réticulaires entre différents acteurs aussi bien privés que publics dans la création de projets dits énergétiques, de métropolisation de par son effet de fragilisation des territoires et dessinant un nouveaux paysage rural/urbain, ont été au cœur des échanges et ont, semble-t-il, apporté des éclairages pertinents.

Côté scientifique, les présentations nous ont emmenées sur des pistes de territoires et d’expériences de transition énergétique de la Bretagne, à la Réunion, en passant par le bassin parisien ou l’Auvergne-Rhône-Alpes, tandis que les intervenants de compétence plus pratique nous ont présentés et rapporté des éléments d’expériences ou de projets plus locaux.

La prochaine étape sera la publication des actes du colloque, que nous espérons au printemps prochain, en élargissant la liste des auteurs à des acteurs qui ne pouvaient être présents lors de notre journée et en valorisant et enrichissant le domaine d’application architectural peu représenté le 24 novembre dernier.

 

Retour aux actualités